Chef de PME, vous n’êtes pas seul en temps de crise !

Ce n’est pas le moment de porter des accusations, il est temps de retrousser ses manches, troquer les talons pour des baskets, et aider.

Rien ne va plus !

Vous êtes entrepreneur. Le COVID19 a tout changé. Votre entreprise s’écroule. Plus de chiffre d’affaires ; plus de client ; vous êtes seule face à l’immensité des problèmes. Une faillite est complexe à reconnaitre, surtout quand l’entreprise est votre vie, votre passion, votre enfant.

En tant que chef d’entreprise, une situation inédite comme le COVID19 se vit avec ses tripes, son cœur, et beaucoup d’émotions, car voir son « bébé » foncer dans le mur est une étape forte de la vie d’un entrepreneur. On se sent très seule. L’entrepreneur est par nature une personne positive. Son optimisme et sa persévérance lui permettent de croire qu’il trouvera une solution.

Avoir un Conseil d’Administration (CA) pour une PME peut être d’une grande utilité, surtout si les membres ont été choisis avec des profils complémentaires à celui du chef d’entreprise. À chaque étape de la vie de l’entreprise, le CA accompagne la croissance et la stratégie. Il peut apporter à la direction un recul du quotidien pour mieux visionner l’avenir ; une orientation pour le développement, un soutien financier (souvent les entrepreneurs sont des créatifs, pas des gestionnaires) et surtout une épaule ou une béquille sur lesquels s’appuyer et tester des idées.

Mais est-ce que le chef d’entreprise reconnait cette utilité ? Il est rare qu’un entrepreneur accepte d’avoir des « professionnels inconnus » siéger dans son CA et leur confier la responsabilité de diriger son entreprise. Il peut se poser la question si ces conseillers vont le laisser diriger à sa manière ? Peut-il leur faire confiance ? Comment vont-ils réagir en cas de situation complexe et fâcheuse ?

Au démarrage de la société, l’entrepreneur ne se pose pas ce type de questions. Il est dans l’euphorie de son projet. Il choisit les membres de son CA parmi des connaissances, des amis, ou des membres de sa famille. Il ne réfléchit pas vraiment à la valeur ajoutée que ces personnes apporteront. Si elles ne sont pas aussi des entrepreneurs, ces personnes, ne donneront pas les conseils et le soutien pour bien diriger l’entreprise, surtout dans le cas d’une situation préoccupante.

Revenons à notre chef d’entreprise en situation de difficultés. Son CA est composé par des membres de sa famille et des amis. Sont-ils vraiment au courant de la situation turbulente de l’entreprise ? Peuvent-ils l’aider ? L’entrepreneur, est-il capable de leur annoncer suffisamment tôt que le bateau est en train de couler ? En tant qu’administratrice, sa responsabilité personnelle est engagée. Il se peut qu’une dette de la société engage aussi les administrateurs. Comment et quand leur dire la vérité ?

L’exemple n’est pas anodin ! Quant aux amis, et la famille, le sentiment de déception est d’autant plus grand. Pour l’entrepreneur, le sentiment de culpabilité conduit à l’anxiété, et même à la dépression ou le burn-out. Ces sentiments ne font pas bon ménage avec l’énergie qu’il faut pour affronter les défis, car le chemin ne sera pas facile, et il faut avoir du courage.

Une situation critique dans la vie d’une entreprise peut arriver. L’entrepreneur peut l’ignorer, ou la voir de loin, en omettant les signes avant-coureurs. Son éternel optimisme fait qu’il pense qu’il trouvera une solution. Un CA peut aider à voir et formaliser les signes, chose impossible quand ce sont des amis et/ou la famille qui le constitue. Parfois, une situation improbable arrive sans prévenir, comme le COVID19. Seulement avec le recul sommes-nous maintenant conscients des conséquences ?

En tant qu’administratrice d’une société vous avez des obligations légales. En vertu de l’article n°754 du code suisse des obligations, les membres du conseil d’administration ainsi que toutes les personnes qui s’occupent de la gestion répondent à l’égard de la société ainsi qu’envers chaque actionnaire ou créancier social du dommage qu’ils leur causent en manquant intentionnellement ou par négligence à leurs devoirs.

Ce jour nous sortons d’un confinement et les entreprises peuvent se trouver dans des situations inextricables. Premièrement, le CA doit soutenir et écouter le chef d’entreprise ; l’aider à voir clair et discuter de TOUTES les options possibles, y compris du pire scénario. La relation doit être celle d’une bonne équipe, de compréhension et soutien. Lancer des accusations ne changera pas la situation et n’aidera pas l’entrepreneur. La transparence et la confiance sont fondamentales. L’administratrice doit se mettre au courant de la société dans tous les aspects. Elle a non seulement le droit, mais le devoir d’examiner les comptes, vérifier les positions et demander des détails sur la trésorerie et les créanciers. La vérité est qu’il incombe à l’administratrice de ne pas prendre son rôle à la légère. En cas de situation préoccupante, c’est le moment de retrousser les manches, enlever les talons aiguilles et enfiler les baskets pour aider. Ce sont les actions concrètes et les décisions rapides qui peuvent sauver l’entreprise. Il y aura le temps après pour en tirer les leçons à l’avenir.

Chefs d’entreprise : avec un bon CA, vous n’êtes pas seuls face aux problèmes. N’hésitez pas à demander du soutien, et ensemble nous les administratrices nous vous accompagnons pour trouver les solutions. Le soleil brille toujours après l’orage.

Article publié en Linkedin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *